La réticence



Catalogue LRT, Dossier 01, Chemise 01, Page 00064

00064

I.64 

Dans la chambre d'hôtel, je m'étais plus ou moins organisé pourchanger mon filslui donner à manger

1)Je prenais mes repas.dans la salle à manger de l'hôtel[Les courses.2) La nuit 3) Le matin ou le chat.Le matin où j'ai vu le chat mort. Appareil-photo.Photo de moi dans la glace. Photo de mon fils.

Les premiers jours que j'avais passé à Sasuelo, je les ai occupé delongues promenades, tantôt le long des routes qui descendaient au village,avec mon fils dans la poussette, vêtu d'un petit anorak bleu matelasséqui engonçait son corps et d'unepetitecagoule blanche qui laissaità jour un ovale deviasvisage, quelques cheveux, deux yeux très bleus;mobiles, à l'affût du moindre mouvement, et tantôt sur la plage, avecla poussette de mon fils qui s'enfonçait dans le sable,les rouyes quiet me ralentissait.patinaient et finissaient par se bloqué. 1Solidemnt maintenu dans lapoussette par un jeu dediversespetites ceintures,etmon fils 1ensablétendait avidement les bras pour s'emparer des objetsqui jonchaienten direction de tous les objets abandonnésautour de luisurla plage, et à côté de la poussette,je m'éccroupissais en face dela poussettluipour lui donner des morceaux de bois mort, sculptés par la marée, quiavaient pris des formes diverses de talismans bizarres , sybillins etfourchus,je luidtendaisdes algues séchées qui formient comme des épisde blé,des brindilles, que sais-je, des galets,une sandale en plastique, parfois,à sa plus grande joie,qui avait la taille de sa tte et dontil se coiffait.sans doute perdue làquelques mois plus tôt.Les vagues Le bruit des vagues et du ventont la qualité du sablenous accompagnait,la, nous précédait.pendant la saison touristiquedurant les mois d'étéétourdi par quelque, sur une plage déserteJe m'arrêtais parfois,et monje m'asseyais dans le sable etet j'hôtel, le bord de l'eau la poussette devant moi.

Contributions de