La réticence



Catalogue LRT, Dossier 01, Chemise 01, Page 00052

00052

I.52 

que nous avions ficelée tant bien que mal sur la galerie de la voiture, unvieux diesel dont il n'avait pas coupé le moteur et qui continuait deronronner au ralenti sur la place du village, puis il m'avait indiquéla direction du seul hôtel des environs, qui se trouvait non loin delà, en bordure du port. J'avais remis d'aplomb la poussette de monfils et, laissant mes valises à l'abandon à côté d'un banc, j'avaispris la direction de l'hôtel, mon fils devant moi dans la poussette,qui ne se préoccupait de rien, absorbé qu'il était dans la contemplationde son phoqiue en peluche, qu'il tournait et retournait entre ses mainspour l'examiner à l'infini sous toutes les coutures. L'entrée de l'hôtelprésentait un petit perron fleuri, au haut duquel s'ouvrait une doubleporte vitrée, et je pris la poussette à bout de bras pour gravir lesquelques marches du paerron. J'avais à peine poussé la porte de l'hôtelque je me trouvai en présence d'un homme accroupi par terre sur le car-relage de l'entrée, une serpillière à la main, qui, sans se relever,considéra avec méfiance la poussette que je tenais à bout de bras devantluilui. Ne sachant trop où la poser tant le sol semblait propre et entretenuavec soin, je gardai la poussette dans les mains et, comme je lui demandaiss'il serait possible d'avoir une chambre pour la nuit, mon fils lâcha lephoque, qui alla rebondir sur la tête de l'hôtellier avant de tomber parterre (je le savais, je le savais).

On avait fini par me conduire dans une chambre au deuxième étage del'hôtel, dans une partie un peu retirée de la bâtisse. Les murs étaienthumides et sales, tapissés d'un vieux tissu orange qui semblait avoir étéjudicieusement assorti aux différentsesmotifscrémeuxfleurs sombresdu couvre-lit et des rideaux.A côté du grand lit à barreaux qui occupait le centre de la pièce s'étendait se,sur le solune petite carpette rapiécée qui faisait figure de descente de lit. Je déposais la poussette de mon fils | sur laquellesur le sol, allai refermer la porte de la chambre avant d'enlever mon manteau.Unedes fenêtres de la chambre donnait sur le port, et, de l'autre, plus petiteet légèrement en hauteur, je pouvais voir la route, une parcelle de routedéserte qui bordait un enclos livré aux mauvaises herbes, où, à côté d'unfiguier désséché qui ployait sous le poids de ses branches mortes, un âneIlUn lavabo était fixé au mur,dans l'angle de laque surmontait un petit miroir rectangulaire.

Contributions de